Les collections

Raviver les vignes abandonnées pour une production potentielle

Raviver les vignes abandonnées pour une production potentielle


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

PHOTO: J. Keeler Johnson

Plus tôt cette année, pendant un printemps très pluvieux où le sol était trop humide pour de nombreux projets agricoles, j'ai commencé à travailler sur quelque chose que je voulais aborder depuis un certain temps: tenter de faire revivre quelques vieilles vignes dans le verger de la ferme.

Les vignes sont là depuis des années - je veux dire, nous parlons de décennies. Ils ont été plantés par l'ancien propriétaire, qui avait construit deux rangées de grillage pour que les vignes grimpent. À en juger par la quantité de pourriture affectant les poteaux en bois - avec un anneau en métal inscrit avec «1965» cloué en un - je suppose que la clôture et les vignes ont environ 50 ans.

Bien sûr, toute clôture aussi ancienne ne manquera pas de montrer une certaine usure, et celle-ci ne faisait pas exception. Un par un, les poteaux s'étaient effondrés, rendant plus difficile pour les raisins de rester debout, et cela n'a pas aidé qu'une série d'arbres brise-vent (à nouveau plantés par le propriétaire précédent) aient poussé au point d'ombrager les raisins pour le mieux. une partie de chaque journée.

Mais les vignes se sont montrées résistantes (même si elles n’ont pas produit un nombre important de raisins depuis de nombreuses années), alors ce printemps, je leur ai donné une chance de prospérer à nouveau.

Pour commencer, j'ai enlevé les poteaux en bois pourris (même les rares qui restaient debout) et les ai remplacés par des piquets métalliques. Le fil d'origine, malgré son âge, était encore en excellent état (certaines des vignes s'accrochant toujours heureusement en place), je l'ai donc attaché aux piquets pour restaurer la clôture.

Puis vint le lent et délicat processus de tri à travers les vignes enchevêtrées et tordues, dont seules certaines étaient encore vivantes. Un problème avec les vignes vivantes: elles ont souvent l'air complètement mortes au premier coup d'œil, j'ai donc dû examiner attentivement chacune d'elles pour détecter des bourgeons vivants (qui commençaient tout juste à feuilleter). De plus, j'ai apporté un soin particulier à la manipulation des vignes, qui ne sont pas très solides et se cassent facilement.

Une fois que j'ai trié les vignes, j'ai guidé chacune d'elles vers les fils et les ai attachées solidement à l'aide de colliers de serrage. Cela élève les vignes dans l'air, leur donnant plus de soleil et d'espace pour pousser. Une fois que les vrilles des vignes ont poussé autour des fils, les plantes peuvent se soutenir sans l'aide des tyroliennes.

Seul le temps nous dira à quel point ces vignes rebondiront, mais elles ont pris un bon départ. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, ils ont bien feuilleté et produisent déjà une nouvelle croissance. J'ai également découvert que l'étendue des vignes vivantes est beaucoup plus grande que je ne le pensais, alors j'ajouterai plus de piquets et plus de fil à l'avenir pour soutenir plus de plantes. Prochaine étape: une taille correcte!


Voir la vidéo: De la permaculture au maraîchage sol vivant, par André Trives (Mai 2022).